Feeds:
Articles
Commentaires

Et de quatre

Ah la la, déjà quatre ans que ce blog existe, ça commence à faire presque un petit peu, et je dois avouer que je n’avais pas vu aussi loin à l’époque.

Par contre depuis quelques semaines, je commence à avoir des difficultés à trouver suffisamment de motivation pour écrire des articles hebdomadaires. Un contrecoup des vacances peut être, mais j’ai tendance à toujours trouver une bonne excuse pour en reporter l’écriture :

– Tiens, y a l’extension de tel jeu, qui est sorti.

– Tiens, La Grande Vadrouille(1) ressort au cinéma, ça sera l’occasion de revoir ce film après plus de vingt ans et surtout sur grand écran.

Ce bouquin a l’air génial …

anniversaire

Résultat les articles d’avant, que je commençais le lundi ou le mardi, se retrouve décaler tout au long de la semaine, et s’approche dangereusement du week-end.

Et cela fait quinze jours que l’article sur l’univers et le monde de Final Fantasy VII est en pause, et qu’il n’a pas dépassé le stade du titre, un comble !

Motivation, reviens !!


(1) : Ça, c’était l’excuse de jeudi.

Vous rappelez vous d’il y a 9 ans, quand vous avez fini la lecture du tome 7 d’Harry Potter ? Le dernier tome, celui que l’on nous avait présenté comme étant le dernier ?

Et bien ce n’est plus le cas désormais, et on peut donc poursuivre l’aventure dans son monde avec la nouvelle génération.

Attention par contre, et même si cela simplifie grandement la lecture dans le texte de ce tome : ce n’est pas un livre ou une nouvelle, mais plutôt le script des deux parties de la pièce de théâtre du même nom.

harry-potter-and-the-cursed-child

Première de couverture du script

Cette pièce est issue du travail de trois personnes : Jack ThorneJohn Tiffany et bien-sûr J.K. Rowling ; cette dernière n’ayant par contre travaillé que sur l’histoire, tandis que les deux autres l’ont en plus mis en scène.

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants.

Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.

Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Lire la suite »

Vacances

Comme annoncé dans le précédent article : je suis en vacances !

vacances-blackLe ciel est bleu, l’eau aussi et l’île paradisiaque, mais malheureusement celles-ci sont un peu gâchées par les événements de jeudi soir.

Je l’avais déjà évoqué il y a trois mois, il est donc temps que je parle de cette anthologie que j’ai achetée lors du Livre Paris 2016 : Du Plomb à la Lumière.

Tout ce que l’on peut dire, c’est que j’ai pris mon temps pour la lire, mais et c’est ce qu’il y a de bien avec les recueils de nouvelles, on peut facilement les mettre de côté à chaque chapitre, pour avancer tantôt les aventures de Lasser, tantôt celles des arpenteurs de Gonelore et même celles de quatre jeunes geeks dans un monde apocalyptique ravagé par le virus U4(1).

Pour rappel cette anthologie est le fruit d’un concours et d’un appel à nouvelles de l’année dernière organisés par les éditions Le Grimoire : sur toutes les nouvelles envoyées par des amateurs, une vingtaine a été sélectionnée, et elles ont donc été publiées dans cette anthologie parue pour le festival parisien susnommé.

livre-paris-2016-du-plomb-a-la-lumiere

Les 21 nouvelles, qu’elle contient, ont toute un point en commun, le titre de ce tome(2). Ça va donc parler de Plomb, ça va donc parler de Lumière, mais toujours de façon, dans des mondes et à des époques différentes.

Ce qui me vient le plus vite à l’esprit en lisant ce titre, c’est l’Alchimie, mais au final une seul nouvelle en fait son thème central, et une autre y fait vaguement référence avec un personnage secondaire. On obtient donc un ensemble de lectures hétérogènes particulièrement rafraîchissantes, qui fait la part belle aussi bien à la Science-Fiction, qu’à la Fantasy, voire même au récit historique(3). Lire la suite »

Pandemic Legacy

Ma dernière présentation de jeu de plateau datant un peu, faute de n’avoir essayé beaucoup d’autres jeux, il était temps de m’y remettre. Et pour cette fois quittons les plaines d’Andor pour revenir à quelque chose de plus terre à terre, à savoir notre monde sous la menace de quatre pathogènes mortelles.

Exit les magiciens et les guerriers, voici venir l’ère des MedicsScientifiques et autres Chercheurs, guidés par un seul but : trouver des vaccins ou tout au moins limiter la casse dans Pandemic Legacy.

pandemic-legacy

Une différence entre les deux boîtes ? Quelqu’un sait-il ?

Le principe de ce jeu coopératif est assez simple dans sa version basique : découvrir les 4 vaccins des 4 pathogènes, sans déclencher les conditions de fin de partie. Simple ? Et bien en fait pas tant que ça, vu que les épidémies ont tendance à se répandre à une vitesse foudroyante, et qu’il est parfois bien difficile d’enrayer leurs infections et donc de gagner.

Mais outre ce mode de jeu standard, qui permet de le tester et de jouer occasionnellement ; il existe aussi le mode campagne, qui comprend 12 scenarii, qui vont au gré des parties modifier les règles, les virus et les mêmes personnages. Lire la suite »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 37 autres abonnés