Feeds:
Articles
Commentaires

C’est la mi-septembre et avec elle, c’est la semaine de rentrée des séries, pour ce qui est des US en tout cas. C’est donc le retour de The Big Bang Theory, de Gotham et de Lucifer, pour respectivement des saisons 10, 3 et 2 ; ainsi que plein d’autres choses et même un reboot d’une série de mon enfance.

J’en profite donc pour faire un petit bilan sur ce que j’ai trouvé sympa cette année.

Game of Thrones – Saison VI

« Winter is coming » et avec lui son quota habituel de morts.

series-2015-2016-game-of-thrones

De l’art d’être Khaleessi, ou de ne jamais manquer ses entrées.

Il était impensable que je ne parle pas de celle-là, car même si j’ai trouvé cette saison bien plus fouillis que les précédentes, ça se regarde toujours aussi bien.

Que de révélations(1) par contre ! Dommage ou pas ? C’est la première saison qui s’attaque à la partie non écrite de l’univers, et certaines de ses révélations ne seront donc peut-être pas transférées dans les futurs bouquins.

En tout cas c’est agréable de ne plus connaître l’histoire à l’avance. J’attends avril prochain avec impatience pour en connaître la suite. Lire la suite »

La Grande Vadrouille

Il fut longtemps le film français ayant totalisé le plus d’entrées en salle avec ses 17 millions de tickets vendus, en tout cas jusqu’à ce qu’il soit détrôné en 2008 par le succès de Dany Boon, ce qui fait quand même une grosse quarantaine d’années en tête. C’est plus qu’honorable.

Mais c’est aussi le second film, où Bourvil et Louis de Funès sont à la tête de l’affiche(1), et force est de constater, que même après 50 ans, leur duo marche toujours aussi bien.

la-grande-vadrouille-affiche

D’un côté on trouve Augustin Bouvet (Bourvil), peintre en bâtiment et de l’autre Stanislas Lefort (Louis de Funès), chef d’orchestre à l’Opéra de Paris, tout les sépare, à part peut-être leur niveau d’anglais catastrophique. Et pourtant ils vont se retrouver entraînés bien malgré eux, dans une fuite rocambolesque pour la zone libre, en compagnie de 3 aviateurs de la Royal Air Force dans la France occupé de 1942.

J’ai vu de nombreuses fois ce film étant enfant ; mais trop jeune, j’avais toujours dû me contenter d’une version petit écran. J’ai donc sauté sur l’occasion, quand la possibilité de le voir sur grand écran et en 4K m’a été offerte cet été pour les 50 ans du film de Gérard Oury. Lire la suite »

Janvier 2017 se rapproche de plus en plus, et il est donc temps que je sorte mon premier article sur Final Fantasy VII, histoire d’espérer finir la série avant le 20ième anniversaire l’épisode.

Et cela sera donc un petit tour d’horizon sur l’univers bien particuliers de ce Final Fantasy.

final-fantasy-7

Cloud Strife armé de sa fameuse Buster Sword (バスターソード, Basutāsōdo)

C’est quoi un Final Fantasy ?

Ou commencer par le commencement

Final Fantasy c’est d’abord la franchise principale des studios Squaresoft (SquareEnix de nos jours), une série de jeu de rôle sur console et parfois sur PC, dont chaque numéro est indépendant des autres.

À chaque incrément, on change donc de monde et de personnages, et mise à part le fait que ces jeux ont le même patronyme et que ce sont des J-RPG, il n’y a pas d’autre lien entre eux.

Pour rappel les J-RPG, comme Japanese Role Playing Game, sont des jeux de rôle caractérisés par un design très manga, des combats au tour par tour et des ennemis à apparition aléatoire.

Les différents Final Fantasy ont évolué au fil de leur numéro, et même si le design s’est éloigné du style manga Super-Deformed (grands yeux et tête surdimensionnée), la séparation du gameplay  entre des phases de combat et le reste du jeu, ainsi que l’apparition aléatoire des ennemis, sont toujours là(1). Lire la suite »

Et de quatre

Ah la la, déjà quatre ans que ce blog existe, ça commence à faire presque un petit peu, et je dois avouer que je n’avais pas vu aussi loin à l’époque.

Par contre depuis quelques semaines, je commence à avoir des difficultés à trouver suffisamment de motivation pour écrire des articles hebdomadaires. Un contrecoup des vacances peut être, mais j’ai tendance à toujours trouver une bonne excuse pour en reporter l’écriture :

– Tiens, y a l’extension de tel jeu, qui est sorti.

– Tiens, La Grande Vadrouille(1) ressort au cinéma, ça sera l’occasion de revoir ce film après plus de vingt ans et surtout sur grand écran.

Ce bouquin a l’air génial …

anniversaire

Résultat les articles d’avant, que je commençais le lundi ou le mardi, se retrouve décaler tout au long de la semaine, et s’approche dangereusement du week-end.

Et cela fait quinze jours que l’article sur l’univers et le monde de Final Fantasy VII est en pause, et qu’il n’a pas dépassé le stade du titre, un comble !

Motivation, reviens !!


(1) : Ça, c’était l’excuse de jeudi.

Vous rappelez vous d’il y a 9 ans, quand vous avez fini la lecture du tome 7 d’Harry Potter ? Le dernier tome, celui que l’on nous avait présenté comme étant le dernier ?

Et bien ce n’est plus le cas désormais, et on peut donc poursuivre l’aventure dans son monde avec la nouvelle génération.

Attention par contre, et même si cela simplifie grandement la lecture dans le texte de ce tome : ce n’est pas un livre ou une nouvelle, mais plutôt le script des deux parties de la pièce de théâtre du même nom.

harry-potter-and-the-cursed-child

Première de couverture du script

Cette pièce est issue du travail de trois personnes : Jack ThorneJohn Tiffany et bien-sûr J.K. Rowling ; cette dernière n’ayant par contre travaillé que sur l’histoire, tandis que les deux autres l’ont en plus mis en scène.

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants.

Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.

Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Lire la suite »